ACCUEIL PÉTITIONS LETTRES OUVERTES PROPOSITIONS ET PROJETS LIENS ÉDITEUR FAITES UN DON
Depuis le 2009 04 06 - Nbre de pages vues : 1933966  |  Nbre de visiteurs du site / adresse IP : 38124


Lettre ouverte à M. Christian Dufour - Fête nationale du Québec

« Baliser l'entrée en piste de l'anglais ! » Vraiment !?

12 signatures - le 2017 08 21 - 00:42

Depuis le 2009 06 23 - Nbre Visites : 25977  |  Nbre Visiteurs / adresse IP : 3202



Liste des signataires
Je signe cette Lettre ouverte


Lettre ouverte à M. Christian Dufour

Chanter en anglais le jour de la Fête nationale du Québec, c’est le spectacle des mal embouchés qui ont prétendu fallacieusement que les dérèglements climatiques ne sont pas provoqués par l’activité humaine. Ceux-là ont été répudiés. OUI NOUS POUVONS nous aussi le faire : une journée par an, le jour de la fête nationale du Québec, nous pouvons afficher la répuditation de la menace à la diversité culturelle de l’Humanité qu’une langue fait peser sur toutes les autres.

Ici et maintenant, c’est l’anglais qui menace le français.


La Fête nationale du Québec


Une Aire protégée dans l'espace-temps de la diversité culturelle et linguistique de l'Humanité



M. Christian Dufour,

Comment « Baliser l'entrée en piste de l'anglais » comme vous nous y invitez dans Le Devoir du 2009 06 22 au moment où la UNE de cette même édition titre : «Le français à Montréal: 90 % des francophones sont inquiets»?

« Il ne faudrait pas en arriver à une situation pour l'heure surréaliste, mais tout de même envisageable: des prestations à la Fête nationale qui seraient substantiellement, voire majoritairement, en anglais, alors qu'il serait trop tard pour réagir sous peine de se faire accuser de fermeture, de xénophobie, de fascisme et pire encore », nous dites-vous. Le seul fait que soit possible tel avènement ne démontre-t-il pas l'ampleur de la menace que fait peser l'anglais sur toutes les autres langues au Québec, comme ailleurs, du reste ?

Une seule solution me semble de mise dans ce contexte d'extrême fragilité linguisitique qui est la nôtre : mettre de l'avant la primauté du principe de la diversité culturelle contre la disparition des cultures et des langues menacées par l'activité humaine supposée libre de toute entrave à sa naturelle spontanéité. Pour les territoires dont la diversité est menacée, fragilisée, il n'y a qu'une solution, créer une aire protégée. Ainsi interpelée, toute l'activité humaine s'en trouve, restreinte, parce qu'elle est questionnée, puis mobilisée pour être transformée.

Le cas du Québec est un cas d'espèce mondial témoignant du sort de tout autre ailleurs. Ici comme ailleurs, l'anglais menace toutes les autres langues, sauf peut-être le chinois, et encore... Ainsi, les partisans de la diversité culturelle, anglo-cantophones compris, doivent poser un geste et proclamer le Québec aire protégée. Cela passe par des manifestations claires de cette proclamation. La Fête nationale du Québec est le lieu par excellence et l'occasion emblématique idéale pour ce faire.

Ainsi, à l'heure où  Le français à Montréal : 90 % des francophones sont inquiets la moindre des choses pour les Québécois de toutes origines serait qu'ils s'interdisent de chanter dans celle qui les menace toutes, ici comme ailleurs. Cela, endossé de manière exemplaire par les anglo-cantophones occasionnels ou à plein temps qui peuvent librement s'exprimer tous les autres jours de l'année. Toutes couleurs unies, chantant en français donc, mais pourquoi pas aussi en italien, en créole, en yiddish et autre wolof, pour démontrer qu'il ne s'agit pas seulement d'une querelle franco-anglaise !

Commençons par ça. Après on verra, quand la diversité culturelle mondiale ne sera plus menacée, quand les Québécois auront retrouvé leur quiétude linguistique, quand pourront être rouvertes les aires protégées à toute activité humaine transformée, il sera toujours temps de chanter en anglais ce jour-là, aussi.

Sinon, nous sommes aux prises avec les quotas. Nous sommes aux prises avec l'affiche d'une licence complète, où l'anglais parvient sous tous prétexte de liberté d'expression spontanée et naturelle, à saccager n'importe quel territoire, fussent-ils sacrés, comme lorsqu'on veut faire un golf dans une pinède sacrée où reposent en paix nos ancêtres.

La Fête nationale du Québec est un lieu sacré, une pinède.

La Fête nationale du Québec dont la seule langue officielle est le français doit être la fête de la défense de la diversité culturelle de l'Humanité. Et, ce n'est pas que la loi qui l'impose, c'est la responsabilité citoyenne des artistes de manifester librement leur parti-pris pour cette diversité culturelle qui en matière d'écologie leur est pourtant généralement si chère. Pourquoi la bio-diversité leur serait-elle plus chère que la diversité culturelle et linguistique ? Parce que de carburer en anglais est plus facile et payant ? Même en France ?

Le Québec est un cas d'espèce de la protection des espèces langagières du monde entier. La Fête nationale du Québec doit être celle de la primauté de la diversité culturelle de l'humanité qui s'impose, un jour par année, sur la liberté individuelle de tout un chacun, aussi sûrement que doit s'imposer la responsabilité collective sur la liberté personnelle de consommer inconsidérément des énergies fossiles polluantes. Les quotas certes, mais d'abord une manifestation claire en faveur de l'établissement d'aires protégées. La Fête nationale du Québec doit être proclamée aire protégée. On ne doit pas y chanter dans une langue qui menace toutes les autres. Et, ici, c'est l'anglais qui est cette langue envahissante et délétère. Que voulez-vous !

Les anglos-cantophones doivent être conscients des effets de leur production, et nous devons nous, être des consommateurs avertis. Le danger croît avec l'usage ! La Fête nationale doit être l'affiche de tel message. Aux yeux du monde entier et au nom de toutes les langues fragiles et menacées d'extinctions ou d'absorption. Que des anglo-cantophones soit parties de cette affiche démontrerait la profondeur de leur conscientisation, de leur sensibilité et de leurs parti-pris culturels et artistiques à cet égard éco-lingualogique. Chanter en anglais ne veut pas dire écraser, laminer, « bulldozer » les autres canto-langues. La meilleure façon de l'afficher c'est que les anglo-cantophones s'interdisent de chanter en anglais une fois par an à la Fête nationale du Québec, pour chanter en français ou autre wolof. Comme le font tant de Rufus de ce monde qui refusent un monde où le faux-principe d’une liberté individuelle sans limite, permet que l'activité humaine puisse produire des menaces graves à la survie autant de sa bio-diversité que de sa diversité culturelle. ET, il y a menace. 90% des Québécois la sentent. On ne peut pas faire comme si cela n’existait pas.
 
Chanter en anglais le jour de la Fête nationale du Québec c’est le spectacle des mal embouchés qui ont prétendu que les dérèglements climatiques ne sont pas provoqués par l’activité humaine. Ceux-là ont été répudiés. OUI NOUS POUVONS nous aussi le faire : répudier une journée par an le jour de la fête nationale du Québec la menace à la diversité culturelle de l’Humanité qu’une langue fait peser sur toutes les autres, et ici et maintenant, c’est l’anglais qui menace le français.

Luc Archambault,

Saint-Étienne-de-Lauzon
 
Peintre, sculpteur, performeur et céramiste


Références

Le Devoir 2009 06 22-Christian Dufour-L'anglais à la Fête nationale - Baliser l'entrée en piste de l'anglais
Le Devoir 2009 06 22-Marco Bélair-Cirino-Sondage - Le français à Montréal: 90 % des francophones sont inquiets-

Liens utiles






ATTENTION !

CONFIRMEZ VOTRE SIGNATURE - Cliquez le lien dans le courriel de confirmation que vous avez reçu sitôt après votre inscription.

Votre nom apparaît dans la liste des signataires immédiatement après avoir cliqué le lien reçu par courriel.

Pour recevoir le courriel de confirmation : ATTENTION aux erreurs de saisie dans votre adresse courriel. Merci.

Problèmes d'enregistrement de signatures !? : contactez  editeur@jesignequebec.com
ET

Patriote-Écrivant - Collectif IQ-Identité québécoise - © 2009

Haut de la page

Un clic ici-bas sur les liens TRI ascendant ou TRI descendant permet de visualiser les premiers ou derniers signataires.
Les chevrons >> devant le lien indiquent quel >> TRI est actif.





Je signe et endosse la Lettre ouverte




Liste des signataires

12 signatures - Le 2017-08-21 - 00:42


Lettre ouverte à M. Christian Dufour - Fête nationale du Québec

« Baliser l'entrée en piste de l'anglais ! » Vraiment !?

12 signatures - le 2017 08 21 - 00:42

Depuis le 2009 06 23 - Nbre Visites : 25977  |  Nbre Visiteurs / adresse IP : 3202


NoDateNomProfession et titresVillePaysNationalité


Tri ascendant - Premiers signataires    |    >>Tri descendant - Derniers signataires

             
1.   2010 05 20 - 21:40 Marc Galarneau - - Montréal - Canada -

2.   2010 01 19 - 09:09 Lorraine Dubé - - Pointe-Aux-Trembles (MTL) - Québec -
Nous sommes 2% de francophones dans une mer d'anglophones. Dans ce contexte précaire d'une culture en péril, nous devons exiger de manière rigoureuse le respect de notre langue, de notre identité, de notre particularité. En conséquence, la fête Nationale des québécois ne doit jamais devenir une fête du multiculturalisme canadien. Ceux qui s'identifient à une autre langue que le français sont libres de célébrer le 1er juillet. Le 24 juin est la fête Nationale de la culture québécoise francophone. RIENS DE MOINS. Il n'y a qu'au Québec qu'une majorité doive subir cette intolérance, cette banalisation de leur identité. À simplement defendre notre SPÉCIFICITÉ, on a l'impression d'être perçus comme xénophobes. C'est volontaire! Que de mauvaise foi! En quoi le fait de célébrer notre NATION QUÉBÉCOISE FRANCOPHONE une journée par année en FRANÇAIS peut-il incommoder Christian Dufour et certains acolytes fédéralistes? Notre nation peut-elle exister sans avoir constamment à se justifier d'ËTRE! Vite la souveraineté du Québec...

3.   2009 06 30 - 13:01 Gilles Cormier - Technologue - Chapais - Québec -

4.   2009 06 30 - 10:47 Jean-Pierre Durand - - Lanaudière - Québec -
Le bilinguisme est l'antichambre de l'assimilation. Regardons ce qui s'est passé dans le reste du Canada depuis les cent dernières années et nous verrons ce qui nous attend si nous ne prenons garde.

5.   2009 06 27 - 10:45 Philippe L.Perreault - Étudiant, Président MÉF-UdeM - Montréal - Québec -
mefudem.quebecblogue.com

6.   2009 06 27 - 10:10 Patrick Leclerc - - Lanaudière - Québec -

7.   2009 06 26 - 17:05 René Plante - Ps.E. (retraité) - Beloeil - Québec -
Lorsque le Canada respectera l'intégralité de la loi 101, le Québec pourra peut-être se permettre de faire plus de place à langue anglaise lors de ses manifestations.Le faire maintenant serait assasiner notre propre langue.

8.   2009 06 24 - 12:55 Claude Richard - - Repentigny - Québec -
Baliser l'entrée en piste de l'anglais à la Fête nationale va devenir un cauchemar, comme les tests de la loi 22, et n'est pas souhaitable. Il faut réserver le 24 juin au français, langue nationale du Québec. Tant pis pour ceux qui crient à la xénophobie: ils ne savent pas ce que c'est. Ils ne font que servir d'instrument à l'impérialisme culturel anglo-saxon.

9.   2009 06 23 - 21:06 Guy Le Sieur - - Montréal - Québec -

10.   2009 06 23 - 19:54 François Tremblay - Retraité - Lachine - Canada -
Une nation québécoise, sur un riche territoire déjà bien défini, avec des institutions politiques, économiques, financières dans un encadrement démocratique, avec en prime, la langue française comme outil d'échange. C'est la normalité d'un pays ça. Le pays Québec déjà existant dans les faits mais non reconnu juridiquement. En attendant travaillons à rester français. Demander à être respecter par l'autre, ce n'est qu'un signe de santé mental. Je souligne également que pour les citoyens de nombreux pays, l'anglais langue universelle est pour moi un mythe. Un mythe à détruire.

11.   2009 06 23 - 18:00 Marcelle Viger - - Longueuil - Québec -

12.   2009 06 23 - 17:55 Robert Barberis-Gervais - Écrivain - Longueuil - Québec -
Point de vue original et parfaitement légitime. On voudrait qu'on ait le français inclusif: c'est une contradiction dans les termes. Oui, le français est à protéger comme l'eau et l'air. Vive l'écologie culturelle en faveur du français. Ecologistes du monde entier, unissez-vous à notre résilience. Français de France, réveillez-vous. Notre amitié à vous, Luc Archambault, travailleur culturel exemplaire. R.B-G et Marcelle Viger.


Haut de la liste